La Une

Art&tram à Confignon

 
Photo M. Di Matteo
 

Inauguration de la troisième œuvre du projet Art&tram


En présence de Mme Anne Emery-Torracinta, conseillère d’Etat chargée du département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP), le Conseil administratif de Confignon, composé du maire, M. Dinh Manh Uong, et de Mmes Elisabeth Gabus-Thorens et Sylvie Jay, conseillères administratives chargées, respectivement, de la culture et des constructions, a inauguré, le 16 octobre dernier, la troisième œuvre du projet art&tram, signée Eric Hattan.

Intitulée «Les jeux sont faits – Rien ne va plus – Faites vos jeux», l’intervention de l’artiste Eric Hattan s’est concentrée sur un tronçon de la route de Chancy bordée de soixante mâts de lampadaires des Services industriels de Genève (SIG) et des Transports publics genevois (TPG). Eric Hattan a transformé onze des poteaux alignés tout en conservant leur fonction: l’éclairage public et le support des câbles du tram. Tordu, retourné, mutant, réassemblé, chaque mât devient une sculpture unique et inattendue, parfois à la limite de l’impossible. L’ensemble se déroule comme une séquence cinématographique, les mâts apparaissant les uns après les autres au fur et à mesure que les véhicules avancent sur cette route.

De nombreux partenaires
Mme Elisabeth Gabus-Thorens a salué l’ambition du projet art&tram «de faire d’une ligne de tram un lieu de culture, un musée en plein air, de permettre à des artistes reconnus de s’approprier l’espace public et de le transformer pour l’enrichir et le faire vibrer, mais aussi pour permettre à tous de bénéficier d’un environnement où il fait bon vivre. La réalisation d’Eric Hattan crée le débat et provoque des sourires et des marques d’étonnement. En réalité, cette œuvre a donné à un tronçon de tram rectiligne et sans particularité une spécificité». La conseillère administrative de Confignon a ajouté que face à la transformation due à l’aménagement du territoire, «les habitants sont inquiets de ce que va devenir leur commune. L’aménagement artistique de la ligne du tram, et particulièrement l’œuvre inaugurée ce soir, sont les signes tangibles que les autorités ont le souci de construire, mais également d’aménager les espaces publics pour en faire non seulement des espaces utilitaires, mais des espaces de convivialité, des lieux qui soient agréable à vivre», a-t-elle conclu.

Eric Hattan fait partie des six artistes suisses impliqués dans le projet art&tram, lancé en 2009 à l’instigation des Villes de Lancy et d’Onex et des communes de Confignon et Bernex, auxquelles s’est ajoutée la Ville de Genève avec le site de Cornavin. Cet ambitieux projet est piloté par le fonds cantonal d’art contemporain rattaché au DIP.

(De gauche à droite) Mme Elisabeth Gabus-Thorens, conseillère administrative à Confignon, M. Dinh Manh Uong, maire de Confignon, M. Olivier Kaeser, co-directeur du Centre culturel suisse de Paris, membre du jury d’art&tram, Mme Anne Emery-Torracinta, conseillère d’Etat chargée du département de l’instruction publique, de la culture et du sport, M. Eric Hattan, auteur de l’œuvre inaugurée, et Mme Sylvie Jay, conseillère administrative à Confignon.
Photo M. Di Matteo

Le projet art&tram illustre la volonté de collaboration des élus – tant municipaux que cantonaux – afin de développer des inititatives permettant aux habitants du canton de s’approprier les mutations de leur environnement. Cette vaste commande d’art public ne peut se réaliser sans la générosité de partenaires privés et de mécènes sensibles à la volonté de mettre l’art contemporain à la portée de tous.

Par son ampleur – six œuvres d’art pérennes dans l’espace public autour de la ligne du tram 14 – le projet art&tram touchera aussi les usagers occasionnels du tram et les touristes, renforçant ainsi le rôle de pôle d’art contemporain que joue Genève. Outre le rayonnement régional, national et international que lui confèrent le Musée d’art moderne et contemporain (Mamco) et le salon international Artgenève, l’agglomération bénéficie aussi de la réputation de son école d’art et des nombreuses manifestations d’art contemporain, telle que la Nuit des Bains, qui rythment sa vie culturelle.

Susciter la réflexion
Mme Anne Emery-Torracinta a prolongé les propos de l’artiste et de l’historien de l’art Olivier Kaeser, co-directeur du Centre culturel suisse de Paris et membre du jury d’art&tram, pour «se réjouir du fait qu’Eric Hattan incitait les spectateurs à s’interroger sur la notion d’œuvre d’art». Faisant référence au titre d’une exposition de l’artiste, «Entre», organisée il y a tout juste vingt ans à l’espace Attitudes, la conseillère d’Etat a souligné «l’importance de cette réflexion suggérée par l’artiste sur notre environnement quotidien, sur les liens entre espace privé et public et sur l’attention que nous portons aux objets ordinaires». La cheffe du DIP a souligné l’impact du projet art&tram sur le plus grand nombre, impact qui «reflète la volonté de démocratiser l’art contemporain», ajoutant que «trois écoles du DIP se sont d’ailleurs emparées du projet, par le biais de leurs enseignant-e-s en arts visuels, pour faire travailler les élèves sur la notion d’art public, de mobilité douce ou de frontière entre ville et campagne.»

L’œuvre d’un arpenteur
Pour M. Olivier Kaeser, l’œuvre d’Eric Hattan se caractérise par sa sensibilité particulière à l’espace et par la vision d’arpenteur qu’il y projette, envisageant son travail comme une séquence dans l’espace. «Ses interventions légères, les décalages minuscules qu’il introduit dans un espace réel ou un contexte dont il modifie à peine les spécificités ouvrent à l’observateur diverses possibilités d’interprétation.»

Chaque mât est une sculpture unique et inattendue.
Photo M. Di Matteo

La discrétion des moyens employés par l’artiste permet de révéler des détails de notre environnement, souvent avec humour, en proposant des visions contradictoires d’une même réalité. «Les jeux sont faits – Rien ne va plus – Faites vos jeux» est à cet égard une œuvre représentative de cette démarche, par la visibilité redonnée à des objets – les mâts SIG et TPG – qui avaient disparu derrière leur fonctionnalité et la banalité de leur forme.

L’aménagement artistique de la ligne 14 prévoit encore l’intervention de John Armleder à Cornavin, celle des plasticiens Lang&Baumann à Bernex et le fameux tram rose de Pipilotti Rist, qui circulera sur le réseau TPG, sans doute fin 2016.


Département de l'instruction publique, de la culture et du sport

_________________

Eric Hattan, fasciné par les lampadaires


Quand il s’agit d’expliquer son intérêt pour les structures d’éclairage, Eric Hattan invoque avec un clin d’œil le métier de son père – électricien –, même si, dans son enfance, il «aimait surtout éteindre les lampes». L’artiste n’en est pas à sa première intervention sur des lampadaires, puisqu’il y a vingt ans déjà, il avait «récupéré, puis détourné» un poteau d’éclairage pour une exposition à Genève.

Après un rappel des liens étroits qu’il entretient depuis plus de trente ans avec Genève, l’artiste a relevé les nombreuses difficultés techniques rencontrées et surmontées dans le cadre d’art&tram: onze sculptures uniques à implanter – de nuit – le long d’une route très fréquentée, le maintien de leur fonction d’éclairage et de soutien des caténaires, les questions de sécurité, etc. Il a ainsi remercié les nombreux protagonistes – tant artistiques que techniques et logistiques – qui lui ont permis de réaliser «Les jeux sont faits – Rien ne va plus – Faites vos jeux».

Interrogé par Olivier Kaeser sur le sens de ce titre, Eric Hattan a expliqué qu’au début de son intervention, il avait considéré comme fini et immuable le périmètre semi-urbain dans lequel il était censé intervenir, d’où ce premier constat: les jeux sont faits, rien ne va plus. Après avoir démontré qu’il était au contraire possible de modifier des éléments de l’espace investi, il a donc conclu: faites vos jeux, clin d’œil à la formule utilisée autour des tapis verts et invitation lancée au spectateur pour qu’il participe, par son regard, à l’œuvre d’art.


Pour en savoir plus:
Internet: www.art-et-tram.ch

Abonnement

image

Abonnement 104 no 

Bi-hebdomadaire

Durée :

12 mois 

Livraison :

Genève 

Prix :

195.00 CHF

S'abonner