La Une

L’Observatoire de Sauverny s’agrandit pour voir encore plus loin

 

Photo © UNIGE
 

Inauguration d’Astrotech, le nouveau bâtiment de l’Observatoire de l’Université de Genève


Un nouveau bâtiment, inauguré le 27 juin dernier, permettra la construction d’instruments très sophistiqués afin de mieux connaître l’univers.

Installé depuis 1966 dans les bois de Versoix, l’Observatoire de l’Université de Genève (UNIGE) a renforcé sa notoriété au niveau international avec la découverte par MM. Michel Mayor et Didier Queloz, en 1995, de la première exoplanète, soit une planète située en dehors du système solaire. L’observatoire va pouvoir continuer sur cette voie grâce à Astrotech, son nouveau bâtiment, officiellement inauguré le 27 juin dernier en présence des autorités universitaires et de l’Etat de Genève.

Astrotech comporte une «salle blanche»: un espace qui permet d’assembler des instruments hautement  sophistiqués dans des conditions de propreté et de température spécifiques avec, notamment, une concentration de poussières particulièrement réduite. Dans cette salle blanche a déjà commencé l’assemblage du spectrographe ESPRESSO (voir photo ci-dessous). Une fois terminé, ESPRESSO sera transporté à l’observatoire de Paranal, au Chili, où il permettra d’effectuer des observations d’une précision inégalée aujourd’hui et contribuera à la recherche d’exoplanètes.


Photo UNIGE

La salle blanche servira entre autres à renforcer les liens déjà noués entre les hautes écoles et l’industrie dans le cadre du laboratoire de technologies avancées (LTA), fruit d’une collaboration entre les Hautes écoles spécialisées et l’UNIGE. Spectromètres ou machines de prototypage et de lithographie font partie des équipements de pointe que les entreprises locales et suisses peuvent aujourd’hui déjà utiliser grâce au LTA.

Les quelque cent cinquante personnes qui travaillent à l’Observatoire de l’UNIGE collaborent étroitement avec de nombreuses institutions, dont l’Observatoire européen austral (ESO), qui met à la disposition des astronomes de nombreux pays des installations scientifiques à la pointe du progrès dans le désert chilien de l’Atacama.

Lors de l’inauguration d’Astrotech, le directeur de l’observatoire, M. Stéphane Udry, s’est réjoui de pouvoir compter sur un nouveau bâtiment «qui va permettre de disposer des infrastructures nécessaires pour participer aux grands projets européens». Recteur de l’UNIGE, M. Yves Flückiger a souligné l’importance pour Genève et son université de collaborer à de grands projets internationaux. Quant au conseiller d’Etat chargé du département des finances, M. Serge Dal Busco, il s’est félicité de la qualité du nouveau bâtiment, qui répond aux attentes élevées des scientifiques et est exemplaire sur le plan environnemental.


(De gauche à droite) MM. Yves Flückiger, recteur de l’Université de Genève, Stéphane Udry, directeur de l’observatoire, et Serge Dal Busco, conseiller d’Etat chargé du département des finances, et l’huissier du Conseil d’Etat.
Photo UNIGE

Astrotech a coûté 17,3 millions de francs, dont 2,25 millions versés par la Confédération. Il ajoute 1600 m2 aux 5700 m2 dont disposait déjà l’observatoire. Le rez-de-chaussée abrite la salle blanche et un atelier de mécanique accessibles à des semi-remorques, qui permettront d’embarquer les instruments finis vers leur destination finale. Le premier étage comporte une mezzanine d’où l’on peut observer la salle blanche et suivre l’avancement des travaux sans menacer le niveau de propreté exigé. Au deuxième étage se situent des bureaux pour les chercheurs et une grande salle de conférence, qui manquait sur le site.

Aligné sur la lisière de la forêt, le nouveau bâtiment de l’observatoire a été conçu pour s’intégrer au mieux dans son environnement. Il a été construit selon les critères les plus exigeants du point de vue énergétique et technique. On relèvera notamment la présence sur le toit d’un concentrateur solaire, l’un des tout premiers du genre en Europe, qui servira à produire une partie de l’électricité et de la chaleur pour la climatisation d’Astrotech. Les triples vitrages, les protections solaires extérieures et la toiture végétalisée comme «cinquième façade» visible du ciel contribuent aussi à l’exemplarité du nouvel édifice du point de vue énergétique et environnemental.

Département des finances
Département de l’instruction publique, de la culture et du sport
Université de Genève

Abonnement

image

Abonnement 104 no 

Bi-hebdomadaire

Durée :

12 mois 

Livraison :

Genève 

Prix :

195.00 CHF

S'abonner