La Une

Micro-labos urbains à Vernier et Meyrin

 
La friche (chemin Emile-Taddéoli 10).
Photo État de Genève
 

Une nouvelle identité urbaine pour quatre sites le temps d’un été


Comment faire vivre les lieux anodins de nos villes, ceux qui n’ont pas encore de réelle vocation? Comment donner une identité à ces espaces qui sont à la marge des sites bien agencés et ordonnés que l’on trouve dans nos cités? Les «micro-labos urbains», réalisations urbanistiques éphémères réalisées par des étudiants de la Haute école d’art et de design (HEAD) et de la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève (HEPIA), investissent des lieux inédits de Meyrin et de Vernier et proposent une nouvelle manière d’imaginer l’évolution de la ville. Ces aménagements temporaires sont visibles jusqu’au 30 août.

Dans le cadre du grand projet d’aménagement Vernier-Meyrin-Aéroport, l’Etat de Genève, en collaboration avec les Villes de Vernier et de Meyrin, propose une nouvelle manière d’imaginer l’évolution de la ville. Un concours pour les étudiants en architecture d’intérieur de la HEAD et en architecture du paysage de l’HEPIA a ainsi été organisé et a abouti à la transformation de quatre espaces urbains. Ces micro-labos urbains ont été inaugurés le 30 juin dernier en présence, notamment, de MM. Antonio Hodgers, conseiller d’Etat chargé du département de l’aménagement, du logement et de l’énergie (DALE), et Yvan Rochat, conseiller administratif de la Ville de Vernier. M. Hodgers a d’ailleurs qualifié ce projet «d’exemplaire», parlant aussi de «belle opportunité pour le DALE de bénéficier du regard neuf et frais des étudiants, qui jouissent de cette capacité de voir le territoire autrement».

Présent à ce vernissage, M. Laurent Daune, professeur HES à l’HEPIA, a relevé l’important investissement pédagogique que l’élaboration de ces micro-labos urbains a demandé aux étudiants des deux filières. En effet, il ne s’agissait pas seulement de poser un concept sur papier, mais aussi et surtout de réaliser quelque chose de concret. Ces aménagements permettent, selon lui, de «transformer l’existant en posant un autre regard sur des lieux communs».

En effet, la ville concentre de nombreuses fonctions qui se répartissent dans l’espace public de manière lisible et ordonnée (le parc, la rue, l’immeuble, l’axe ferroviaire, le centre commercial, l’arrêt de bus, etc.). Entre ces lieux bien agencés se trouvent une multitude de petits espaces non utilisés et qui n’ont pas de réelle vocation, quand bien même ils sont situés sur des lieux de passage très fréquentés ou à proximité d’équipements majeurs.

L’idée des micro-labos urbains est née de la volonté d’utiliser ces espaces habituellement délaissés, qui abritent parfois une biodiversité insoupçonnée, et de permettre aux habitants de se les approprier de manière temporaire durant l’été. Aux yeux du conseiller d’Etat chargé du DALE, «l’aspect esthétique des projets n’enlève pas leur côté fonctionnel».

(De gauche à droite) MM. Laurent Daune, professeur à la Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture de Genève, Antonio Hodgers, conseiller d’Etat chargé du département de l’aménagement, du logement et de l’énergie, Yvan Rochat, conseiller administratif de la Ville de Vernier, et Carlo Parmigiani, professeur à la Haute école d’art et de design.
Photo Cellence

Les micro-labos urbains s’inscrivent dans le cadre du processus de concertation conduit par l’Etat de Genève auprès des communes, des associations et des habitants concernés par des projets de transformation urbaine. Evoquant ces projets, qui constituent «des endroits sympathiques et conviviaux», M. Yvan Rochat se réjouit qu’ils fassent «vivre la proximité, élément important dans une ville en pleine mutation. Les gens prennent ainsi place dans le territoire et s’approprient les espaces publics». Car l’idée sous-jacente de ces micro-labos urbains est bien d’interpeller les riverains sur l’utilisation de l’espace public et de les associer à la réflexion en cours sur un territoire appelé à connaître une profonde mutation. La même démarche a lieu depuis 2011 dans le cadre du grand projet Châtelaine avec la réalisation des mini-chantiers.

Les quatre lieux choisis à Meyrin et Vernier se situent dans le périmètre du grand projet Vernier-Meyrin-Aéroport. Territoire stratégique pour le canton, il accueillera à terme 3500 nouveaux logements et 5000 à 8000 nouveaux emplois. A ce propos, M. Antonio Hodgers a rappelé que le lourd processus de planification de ces grands projets ne doit pas «nous faire oublier l’âme, l’originalité et le décalage, qui sont des ingrédients fondamentaux de toute démarche d’aménagement du territoire». «Redonner de l’espace, du contact, du liant est essentiel à l’urbanisme», a-t-il conclu.

Département de l’aménagement, du logement et de l’énergie
Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture


_________________

Les quatre sites des micro-labos urbains


1. Vernier Beach (chemin des Coquelicots / route de Pré-Bois): transformation de places de stationnement en espace agréable pour profiter du soleil.
Les infrastructures du projet Vernier Beach reprennent les codes de la plage et accueillent les personnes restant dans le quartier cet été. Le projet a pour vocation de toucher autant les habitants de la rue des Coquelicots que les personnes en transit à la gare de Vernier ou à Blandonnet. Des palettes – matériau simple et peu coûteux – ont été choisies pour réaliser ce projet. Une fois assemblées et peintes en bleu, elles rappellent la plage. La réalisation se compose d’une première intervention à la gare de Vernier et d’une seconde à la rue des Coquelicots.

Vernier Beach (chemin des Coquelicots / route de Pré-Bois).
Photo Cellence

2. Big Bags (viaduc de la route de Meyrin / route de Pré-Bois): installation de mobilier urbain coloré pour attendre le bus autrement.
Big Bags investit les larges rampes sous le pont de Pré-Bois en invitant le passant à porter un nouveau regard sur cet espace utilisé seulement comme lieu de transit. Détournés de leur fonction de base, des dizaines de big bags colorés en rouge et blanc y sont placés. Aujourd’hui disposé en forme pyramidale sur la rampe nord, le projet suggère aux voyageurs de s’installer sur ces sacs rembourrés en retrait de la rue, en attendant le bus. Demain, assemblés différemment sur une autre place, ces big bags pourront alors occuper d’autres espaces publics et y interpeller d’autres habitants.

Big Bags (viaduc de la route de Meyrin / route de Pré-Bois).
Photo Cellence

3. Expo photos (route de Pré-Bois / Aéroport de Genève): la clôture de l’aéroport devient un lieu d’exposition insolite.
Le site de l’Expo photos est une barrière, une coupure. L’objectif de cette intervention est de proposer un nouveau regard sur cet espace. La série de clichés de la photographe Francesca Cerri montre des situations inattendues sur le thème des vacances. Des scènes où le décor et les personnages n’étaient pas censés se rencontrer. Les sujets de ces clichés sont des habitants, des passants, des employés ou des curieux qui se sont prêtés au jeu de la mise en scène le temps d’une prise de vue. Cette installation évolue pendant les deux mois que durent les micro-labos urbains, dévoilant régulièrement de nouvelles scènes.

Expo photos (route de Pré-Bois / Aéroport de Genève).
Photo Cellence

4. La friche (chemin Emile-Taddéoli 10): utilisation d’un vaste terrain inutilisé en un lieu de déjeuner en pleine nature.
La friche fait tomber les barrières. Elle permet d’entrer dans un cadre verdoyant, ancré dans le paysage urbain. Des espaces ouverts sont proposés pour se restaurer, se réunir et se divertir. Ce lieu est conçu pour développer des activités familiales, sociales et associatives: des tables et des chaises, ainsi que des barbecues sont à disposition. Un cuisinier propose des menus préparés dans son camion. Des arbres en couleur donnent une touche chaleureuse à l’ensemble. Le site accueille divers ateliers, des associations de loisirs proposant des activités de bricolage durant les vacances scolaires.

Abonnement

image

Abonnement 104 no 

Bi-hebdomadaire

Durée :

12 mois 

Livraison :

Genève 

Prix :

195.00 CHF

S'abonner