La Une

Rentrée scolaire 2014

 
 

Rentrée scolaire 2014-2015
Des moyens assurés pour une école de qualité


Mmes Anne Emery-Torracinta, conseil­lère d’Etat chargée du département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP), et Marianne Frischknecht, secrétaire générale du DIP, ont pré-senté à la presse, le 19 août au cycle d’orientation de Montbrillant, les points forts de la rentrée scolaire 2014. Une rentrée qui se fera dans de bonnes conditions car, alors que la situation est tendue dans la plupart des cantons romands, il n’y a pas eu à Genève de mesures d’économies péjorant les conditions d’enseignement. Parmi les innovations, l’introduction du mercredi matin s’effectuera de manière sereine. Cette présentation a également été l’occasion de rappeler les priorités du DIP: la lutte contre l’échec scolaire, une meilleure orientation des élèves et le développement de «l’école inclusive», afin de tendre vers l’objectif «un jeune = une formation».

Comme annoncé ce printemps, Mme Emery-Torracinta a confirmé que la rentrée scolaire 2014-2015 s’effectuera dans des conditions similaires à celles de 2013, grâce notamment  aux 231 postes supplémentaires obtenus pour faire face à l’augmentation démographique. En outre, en réponse à des demandes du terrain, le soutien éducatif se verra renforcé avec cinq postes d’éducateurs supplémentaires prévus au primaire et un poste créé au centre de la transition professionnelle (CTP).

16 500 enfants se rendront à l’école primaire le mercredi matin
Parmi les points forts, conformément à la volonté populaire, le mercredi matin1 sera introduit pour les élèves de la 5e à la 8e primaire. Cette demi-journée d’école supplémentaire permettra l’apprentissage de l’anglais dès la 7e et le renforcement du français et de l’allemand. Les conditions sont réunies pour une mise en œuvre sereine du mercredi matin: des personnes compétentes ont pu être recrutées pour les 111 postes supplémentaires alloués. De plus, les élèves de la 1ère à la 4e primaire bénéficieront de trente postes supplémentaires d’enseignants chargés du soutien pour les apprentissages fondamentaux, comme la lecture, permettant ainsi de prévenir le risque d’échec ultérieur. Enfin, dix postes ont été attribués pour l’introduction du nouvel horaire dans les classes spécialisées des écoles de quartier. Grâce au professionnalisme des collaborateurs et collaboratrices du département, les éléments organisationnels ont ainsi pu être maîtrisés.

Mieux orienter pour prévenir les échecs scolaires
La magistrate a rappelé l’importance de l’orientation scolaire. Mal réalisée, elle augmente de manière significative le risque d’échec scolaire. Aujourd’hui, 25% des élèves commençant le collège ne le terminent pas et plus de 1000 jeunes quittent chaque année le secondaire II sans aucune certification. Cette situation inquiétante n’est plus acceptable et représente un défi majeur du DIP pour les prochaines années. Les modifications réglementaires entrant en vigueur au secondaire II (limitation des redoublements et des dérogations) visent à éviter les échecs à répétition et les parcours chaotiques. Etant donné le rôle essentiel du cycle d’orientation (CO) dans ce processus, une évaluation du «nouveau CO» mis en place en 2011 a débuté, ainsi qu’un suivi qui permettra de voir comment les élèves progressent ensuite au secondaire II.

Mieux orienter les élèves, c’est aussi valoriser la formation professionnelle en entreprise. A cet effet, le DIP présentera prochainement un plan d’action visant à augmenter le nombre de places d’apprentissage en voie duale. Pour répondre à l’obligation constitutionnelle de la formation obligatoire jusqu’à 18 ans, une première étape consiste en l’ouverture de «l’espace Lullin». Cette structure destinée aux jeunes en risque de rupture scolaire leur permettra de reconstruire un projet de formation à travers la mise en œuvre de solutions individualisées.

(De gauche à droite) Mmes Marianne Frischknecht, secrétaire générale du département de l’instruction publique, de la culture et du sport (DIP), Anne Emery-Torracinta, conseillère d’Etat chargée du DIP, et Natacha Rielle, directrice du collège de Montbrillant, lors de la conférence de presse du 19 août 2014.
Photo F. Grobet

Le déploiement de l’école inclusive
La conseillère d’Etat a également annoncé sa volonté de voir se développer «l’école inclusive». S’axant autour de l’idée que le système éducatif doit s’adapter et prendre en compte les besoins individuels, «l’école inclusive» vise à intégrer tous les enfants, quelles que soient leurs difficultés, capacités ou origine, et que chacun puisse conduire avec succès un projet de formation. Parmi les mesures concrètes, on peut relever l’introduction d’aménagements pour les élèves souffrant de troubles du spectre autistique ou encore la pérennisation des assistants à l’intégration scolaire.

Enfin, Mme Emery-Torracinta a souligné que le DIP allait finaliser les réformes en cours comme le nouveau CO et le mercredi matin, et procéder à leur évaluation. Elle a ajouté qu’après une intense période de réformes, l’école avait aujourd’hui besoin de «souffler».

«Si j’ai consacré toute ma vie professionnelle à l’école, c’est bien parce que je crois profondément qu’investir dans la formation, c’est investir pour l’avenir! Je n’accepterai donc pas de détérioration de notre système éducatif et je continuerai à m’engager pour une école genevoise de qualité», a conclu Mme Emery-Torracinta.

Département de l’instruction publique, de la culture et du sport

__________

1 Toutes les informations pratiques concernant le mercredi matin sont disponibles sur le site Internet, à l’adresse www.ge.ch/dip/mercredi.

_______________

Faits et chiffres clefs du DIP

•  71 891 élèves
•  6786 enseignant-e-s
•  369 nouveaux enseignants engagés: (enseignement primaire: 203; CO: 85; secondaire II: 65; enseignement spécialisé: 16)
•  73 établissements primaires (168 écoles)
•  20 établissements du CO
•  25 établissements du secondaire II (11 collèges, 3 ECG, 7 pôles de formation professionnelle, 1 CTP, 1 ACPO, l’espace Lullin)
•  51 institutions de l’enseignement spécialisé
Un budget de 2 milliards, dont 1,7 milliard consacré à la formation.

_________________________

Une classe mixte enseignement spécialisé/CO au cycle d’orientation de Montbrillant


La conférence de presse de la rentrée scolaire a donné l’occasion de présenter aux médias une initiative née sur le terrain grâce à une collaboration étroite entre la direction, les maîtres du cycle d’orientation (CO) de Montbrillant et l’école de formation pré-professionnelle (EFP) Saint-Gervais dans un objectif commun de lutte contre les inégalités. Il s’agit d’une classe de dixième composée de dix-huit élèves, dont neuf élèves issus de l’enseignement spécialisé et neuf élèves de l’enseignement dit «ordinaire». Cette structure permet à la fois d’offrir à des élèves du spécialisé la possibilité de rejoindre le CO et d’y finir leur scolarité obligatoire et la prise en charge d’élèves du CO en difficulté majeure.

Chaque élève de cette classe est dans une situation particulière et est pris en charge de manière adaptée. Ce qui est bénéfique pour ces élèves est le fait que l’équipe pédagogique est également mixte: trois enseignants du spécialisé collaborent avec quatre enseignants du CO. Cette classe est bien intégrée dans l’établissement. Les enseignants sont nombreux à s’y intéresser: il y a plus de volontaires pour travailler au sein de cette classe que de places disponibles. On assiste à un échange fructueux de pratiques liées à des représentations du métier profondément différentes (par exemple en ce qui concerne l’évaluation ou l’encadrement des élèves).

Le coût d’un tel dispositif est très faible pour le CO (moins de 0,4% du budget de l’établissement). Il est un peu plus élevé pour l’EFP, mais le fait d’in­tégrer des élèves très fragiles dans un cursus ordinaire avec un accompa­gnement facilite leur socialisation et plus tard leur insertion socioprofessionnelle.

Mme Natacha Rielle, directrice du collège de Montbrillant, venue présenter le projet, a conclu ainsi son intervention: «Si l’on est d’accord sur le fait que la dignité d’une école se mesure à la manière dont elle traite ses élèves les plus fragiles, j’espère vous avoir fait sentir que cette classe renforce la dignité de l’école genevoise, aujour­d’hui.»


La conférence de presse de rentrée scolaire a donné l’occasion de pré­senter une initiative née sur le terrain dans un objectif de lutte contre les inégalités: une classe mixte enseignement  spécialisé/CO au cycle d’orientation de Montbrillant.
Photo F. Grobet

Abonnement

image

Abonnement 104 no 

Bi-hebdomadaire

Durée :

12 mois 

Livraison :

Genève 

Prix :

195.00 CHF

S'abonner