La Une

Traversée du lac pour le bouclement autoroutier de Genève

 
Infographie DETA
 

Traversée du lac
Un bouclement autoroutier en 2030 pour irriguer la rive gauche et soulager le trafic au centre-ville


Résolument engagé à réaliser la traversée du lac et à «boucler la boucle» du contournement autoroutier à l’horizon 2030, le Conseil d’Etat a approuvé, le 15 octobre dernier, un rapport intitulé Traversée du lac – Pour le bouclement autoroutier de Genève et validé un plan d’actions 2014-2030 visant à accompagner le potentiel de développement de la rive gauche.
Ces documents, essentiels pour l’organisation des transports dans le canton, vont être transmis à la Confédération.


Le Conseil d’Etat a confirmé son engagement pour ce projet, engagement déjà clairement énoncé à l’occasion de sa prise de fonction, le 10 décembre 2013, dans le discours de Saint-Pierre. Ce projet est d’ailleurs également inscrit dans les documents cadre de planification du canton que sont le plan directeur cantonal, la stratégie des transports «Mobilités 2030» ainsi que le projet d’agglomération franco-valdo-genevois.

Lors de la présentation du rapport de synthèse, le 15 octobre dernier, M. Pierre Maudet, vice-président du Conseil d’Etat, a souligné l’ampleur du projet, «très structurant pour notre canton et qui accompagne le devenir de la rive gauche en matière de logements et de transports». M. Luc Barthassat, conseiller d’Etat chargé du département de l’environnement, des transports et de l’agriculture (DETA), a quant à lui confirmé que «seule une stratégie de préfinancement de cette infrastructure par le canton rendait possible la réalisation du bouclement autoroutier d’ici 2030».

La réalisation de cet ouvrage s’accompagnera de mesures de requalification du réseau au centre-ville, comme aux abords de la gare Cornavin, de la place de Neuve, des quais et du pont du Mont-Blanc.

MM. Luc Barthassat, conseiller d’Etat chargé du département de l’environnement, des transports et de l’agriculture, et Pierre Maudet, vice-président du Conseil d’Etat, ont présenté le rapport de synthèse lors du point de presse du Conseil d’Etat.
Photo M. Di Matteo

Une stratégie en deux étapes
Première étape: le 16 septembre dernier, les Chambres fédérales ont libéré les fonds correspondant à un premier groupe de tronçons autoroutiers à élargir en priorité, soit, pour Genève, la section entre l’aéroport et le Vengeron. Les autres sections de l’autoroute de contournement (entre l’aéroport et Bernex) figurent en priorité 2. L’Office fédéral des routes va engager, début 2015, les études sur ces sections en vue de leur réalisation entre 2020 et 2025.

Deuxième étape: la réalisation du bouclement de la ceinture autoroutière autour de Genève à l’horizon 2030, au moyen de la grande traversée du lac.

Le rapport Traversée du lac – Pour le bouclement autoroutier de Genève est le fruit des travaux que le Conseil d’Etat a engagés en avril 2014, demandant qu’un rapport complet lui soit remis pour préciser les requalifications de voiries devant accompagner la réalisation des ouvrages, synthétiser les potentiels d’urbanisation sur la rive gauche du lac et analyser les conditions de financement de l’ouvrage sous l’angle d’un éventuel partenariat public-privé.

Placé sous la coordination du DETA, le groupe auteur du rapport de synthèse a réuni des représentants du département présidentiel, du département de l’aménagement, du logement et de l’énergie et du département des finances, ainsi que des services de la Confédération (l’Office fédéral des routes et l’Office fédéral du développement territorial).

Réaliser le bouclement autoroutier
Du point de vue de l’aménagement du territoire, deux documents de planification majeurs ont été validés ces deux dernières années par le Conseil d’Etat: le projet d’agglomération 2 et le plan directeur cantonal 2030 (en cours de validation auprès des services de la Confédération). Ces documents permettent de répondre aux questions techniques formulées par l’autorité fédérale concernant le potentiel de développement de la rive gauche du canton de Genève et la maîtrise du risque d’étalement urbain à long terme.

En effet, le développement urbain prévu à l’horizon 2030 et au-delà sur la rive gauche du lac nécessitera d’améliorer l’accessibilité autoroutière de cette partie du Grand Genève. La perspective de ce développement conforte le besoin de réaliser le bouclement autoroutier du canton de Genève.


En matière d’investissements, l’opportunité d’un préfinancement du bouclement autoroutier par le canton en vue d’une mise en service à l’horizon 2030 et dans la perspective d’un transfert des ouvrages à la Confédération est confirmée sur le principe. En fonction de ses capacités d’investissement, l’Etat pourra faire appel à un partenariat avec le secteur privé ou financer seul la totalité de l’ouvrage. Il pourra également envisager la mise en place d’un péage sur l’infrastructure, pour mettre en œuvre le préfinancement cantonal.

«Il est nécessaire de briser les tabous en matière de financement des infra­structures. Nous devons explorer toutes les sources de financement et être novateurs», a affirmé M. Barthassat. Selon la première analyse présentée dans le rapport, il est aujourd’hui possible d’envisager la réalisation du bouclement autoroutier à moyen terme. Les travaux ultérieurs devront préciser la capacité d’investissement du canton, ainsi que les conditions exactes et la forme de son financement.

Soulager le trafic au centre-ville
Concernant le trafic au centre-ville, celui-ci sera fortement soulagé grâce au bouclement du contournement autoroutier et aux mesures d’accompagnement visant à requalifier le réseau urbain. Les requalifications des axes du cœur d’agglomération se dessinent: ils présentent le double intérêt d’optimiser l’utilisation du réseau autoroutier et d’améliorer les usages en matière de transports au centre-ville en libérant de l’espace pour les transports publics et la mobilité douce.

C’est ainsi que la mise sur pied de l’ensemble du schéma de mobilité détaillé, qui accompagnera la réalisation du bouclement autoroutier, permettra de concrétiser ces mesures d’accompa­gnement visant à requalifier le centre et à favoriser la qualité de vie de ses habitant-e-s.

Conseil d’Etat de la République et canton de Genève

____________________

Un enjeu majeur pour la qualité de vie des Genevois


Le bouclement autoroutier, c’est:
  • • 
repenser l’accessibilité de l’agglomération en canalisant le trafic sur la nouvelle ceinture autoroutière;
  • • 
une requalification renforcée du centre-ville pour des transports publics plus performants et une meilleure qualité des espaces publics.

L’impact du bouclement autoroutier pourra se faire sentir à l’intérieur d’un large périmètre incluant les quais et le pont du Mont-Blanc, la route de Frontenex, le boulevard Emile-Jaques-Dalcroze, le boulevard Georges-Favon, le pont de la Coulouvrenière, la rue de Sous-Terre, la rue de Lyon, la rue de Montbrillant et l’avenue de France.

La traversée du lac, c’est:
  • • 
une réponse au développement de la région et une infrastructure nécessaire au développement de la rive gauche du lac.

A l’horizon 2030, le potentiel d’urbanisation est de +40 000 logements et +24 000 emplois sur la rive gauche, en Suisse et en France (canton de Genève: secteur Arve-Lac et, en France, d’Annemasse Agglo à Thonon-les-Bains). Au-delà de 2030, on peut encore ajouter 30 000 logements et 10 000 emplois attendus, en Suisse et en France.

  • • 
le canton en marche pour une réalisation à l’horizon 2030.

Le projet sera placé sous le pilotage de la délégation du Conseil d’Etat aux transports et à l’aménagement du territoire. Un groupe de suivi multidisciplinaire piloté par le DETA va être constitué. Il rassemble l’ensemble des départements concernés par le projet, soit le département présidentiel, le département de l’aménagement, du logement et de l’énergie, le département des finances et le département de la sécurité et de l’économie. Ce groupe de travail sera élargi aux partenaires du projet que sont les communes, les services de la Confédération et les partenaires français.

Et maintenant...
Le rapport de synthèse va être transmis aux autorités fédérales et le travail qui a commencé au printemps 2014 avec les services de la Confédération va se poursuivre. Le Conseil d’Etat va déposer un crédit d’étude dès le premier semestre 2015 pour engager les études visant à la réalisation de l’ouvrage.


Pour en savoir plus:
www.ge.ch/traverseedulac

Abonnement

image

Abonnement 104 no 

Bi-hebdomadaire

Durée :

12 mois 

Livraison :

Genève 

Prix :

195.00 CHF

S'abonner