La Une

Inauguration de la Maison de la paix

 
Photo M. Zouhri
 

Inauguration de la Maison de la Paix


Le 3 octobre dernier, à l’occasion de l’inauguration officielle de la Maison de la paix, en présence du président de la Confédération, des représentants des autorités fédérales, cantonales et municipales, de nombreux ambassadeurs, dirigeants d’institutions publiques et privées, professeurs, mécènes et amis de l’Institut de hautes études internationales et du développement, M. François Longchamp, président du Conseil d’Etat, a retracé l’histoire de Sécheron et l’émergence d’un quartier vivant et jeune au cœur de la Genève internationale.

«Constamment, l’espace urbain se revivifie et constamment, la ville se régénère. L’inauguration de la Maison de la Paix en est aujourd’hui le témoignage. Nous sommes réunis au cœur d’un nouveau quartier, dont le bâtiment inauguré est désormais l’un des étendards. Il confirme aussi que l’on construit à Genève, n’en déplaise aux grincheux! Pas n’importe quoi et pas n’importe comment. Mais ce qu’il est juste et utile de bâtir, on l’érige. On construit avec des objectifs, des ambitions et du sens.

Avec sa nouvelle passerelle, inaugurée il y a quelques jours, son avenue et, maintenant, sa Maison de la paix, c’est une nouvelle ville qui se crée sous nos yeux. Dans ce quartier de Sécheron, représentations diplomatiques, organisations intergouvernementales et non gouvernementales, institutions académiques, économiques, culturelles et scientifiques s’imbriquent. Désormais indissociables, ces structures agissent dans tous les domaines de la coopération internationale.

Les Genevois savent que le quartier tire son nom d’une entreprise. Des origines, en 1918, jusqu’en 1992, Sécheron abritait des ateliers de construction et de montage de locomotives, de transformateurs et d’alternateurs. Sécheron a associé son nom au train, aux échanges, aux transports.

Le départ des usines a libéré des terrains. Avec la Maison des étudiants voisine, un campus a pris forme, associé à un pôle diplomatique et de réflexion. A l’industrie, symbole de progrès en son temps, succèdent la diplomatie et la formation, symboles de progrès de notre temps.

M. François Longchamp, président du Conseil d’Etat.
Photo M. Zouhri

Ainsi émerge un quartier vivant et jeune, nourri de constructions remarquables:
•  l’Organisation météorologique mondiale (OMM), bien sûr, qui place Genève au cœur de la discussion sur le climat;
•  la nouvelle passerelle et la Maison des étudiants;
•  le majestueux bâtiment voisin de Japan Tobacco International, qui maintient dans ce quartier une présence de l’économie et de l’industrie;
•  le Human Brain Projet et le Geneva Biotech Center, au cœur de la recherche scientifique de demain;
•  et, désormais, cette Maison de la Paix, fruit d’un partenariat entre le secteur public et le secteur privé, qui illustre le bénéfice commun des interactions nouvelles.

Après l’inauguration, il y a dix jours, à quelques pas d’ici, de la nouvelle salle de conférences de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle – d’une architecture elle aussi audacieuse – et seize mois après celle du nouveau bâtiment de l’Organisation mondiale du commerce, le pôle d’excellence de Sécheron confirme et renforce la vocation internationale de Genève et de la Suisse.

Sans la Confédération et sans l’Etat de Genève, cette Maison de la paix n’aurait pas été possible. Mais on ne transforme pas un rêve en réalité d’un coup de baguette magique. On ne réunit pas des moyens privés et publics d’une telle ampleur sans s’investir avec une passion dévorante. Au-delà des efforts publics, cette Maison de la paix est aussi celle d’une volonté, celle de son conseil de fondation, de son président et de son directeur. Permettez-moi une anecdote pour l’illustrer. Un matin, j’ai croisé Philippe Burrin dans une boulangerie de la Vieille Ville. Celui-ci m’a parlé de la demande d’autorisation de construire complémentaire pour ce bâtiment, déposée quelques jours plus tôt. Il s’enquérait de l’état du dossier. Nous étions seuls dans cette boulangerie. Il était 6 h 30 du matin et je lui ai mollement promis une prochaine réponse. A 8 h 15, Philippe Burrin me rappelait au bureau pour savoir où on en était.

(De gauche à droite) M. Jacques Forster, professeur honoraire à l’Institut de hautes études internationales et du développement, M. Antoine Droin, président du Grand Conseil, Mme Sandrine Salerno, conseillère administrative de la Ville de Genève, M. François Longchamp, M. Didier Burkhalter, président de la Confédération, et son épouse, accompagnés d’huissiers.
Photo M. Zouhri

Bien sûr, il serait injuste et faux de désigner cette réalisation comme le fruit de son seul engagement. Vous-même, professeur Forster, et tant d’autres – notamment dans le secteur privé – avez œuvré dans l’ombre, patiemment et, souvent, avec grande générosité. Mais cette anecdote s’inscrit dans un ensemble. Elle rehausse une geste collective nourrie d’un carburant fondamental: la passion.

Mesdames et Messieurs, à vous qui avez voulu, pensé, construit et financé cette maison; à vous qui allez y étudier et à vous qui allez l’animer; à vous qui concilierez ici réflexion, échanges et action; à vous qui inscrirez cette maison dans le dispositif de la paix et de la sécurité en Suisse et dans le monde, à vous qui porterez ainsi l’image de la Suisse et de la Genève internationale que nous aimons, le Conseil d’Etat adresse le message de sa profonde reconnaissance et forme tous ses vœux de succès.»

FRANÇOIS LONGCHAMP
Président du Conseil d’Etat


__________

* Ndlr: Le professeur Philippe Burrin est le directeur de l’Institut de hautes études internationales et du développement.

____________________

La Maison de la paix, au service de la promotion de la paix et de la sécurité


Située au 2, chemin Eugène-Rigot, à proximité de la place des Nations, la Maison de la paix est la pièce maîtresse du Campus de la paix, un réseau de bâtiments qui s’étend de la place des Nations aux rives du lac Léman en reliant le parc Mon-Repos et le parc Rigot.


La Maison de la paix est située au 2, chemin Eugène-Rigot, au cœur du quartier de Sécheron.
Photo M. Zouhri

En forme de pétales, au nombre de six, le bâtiment est le siège de l’Institut international des hautes études internationales et du développement (IHEID). Il abrite également plusieurs organisations non gouvernementales: le Small arms Survey, le Centre de politique de sécurité, le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées, le Centre international de déminage humanitaire, ainsi qu’Interpeace et le World business Council for Sustainable Development, deux organisations actives dans le domaine de la paix et du développement durable.

L’IHEID et les centres font de la Maison de la paix un lieu de rencontre, de réflexion et d’action qui représente une contribution de Genève et de la Suisse à la promotion de la paix, de la sécurité et de la coopération internationale.

Abonnement

image

Abonnement 104 no 

Bi-hebdomadaire

Durée :

12 mois 

Livraison :

Genève 

Prix :

195.00 CHF

S'abonner